Contenu

LA BIOMASSE ENERGIE

Le développement de la filière agricole en Guyane est souvent relié à la problématique du foncier de par de nombreux facteurs : les occupations spontanées illicites, les installations des agriculteurs sur des sites n’ayant pas d’accès aux services de bases (voiries, électricité, etc.), les procédures administratives d’obtention d’un titre foncier excessivement longues, l’étalement urbain créant des conflits d’usage au sein de l’espace rural, etc.

Pour répondre à cette problématique, les différents plans stratégiques de la collectivité Territoriale de Guyane (Schéma d’Aménagement Régional, Schéma Régional Climat Energie Air, etc.), de la DAAF (Plan Régional d’Agriculture Durable), ou encore de la Chambre d’Agriculture (Contrat d’objectif et de performance) sont en faveur d’une meilleure maitrise foncière. Cette meilleure maitrise foncière doit permettre une optimisation du foncier agricole déjà attribué et une ouverture contrôlée de nouveaux secteurs.

La collectivité territoriale de Guyane souhaite doubler la Surface Agricole Utile (SAU) de sa région d’ici à 2030 et développer d’ici à 2020 la production d’énergie électrique de 40 MWe à partir de biomasse, dont 50% pourraient être alimentés par la biomasse issue de la mise en valeur agricole, dans le cadre des objectifs fixés dans le projet de Schéma d’Aménagement Régional (SAR) de la Guyane arrêté le 15 janvier 2014.

En réponse à ce contexte, un projet de centrale de production d’électricité de 10 MW a pour vocation d’utiliser la biomasse issue du bassin agricole de la commune d’Iracoubo, et de l’aménager. Cet aménagement est possible au travers d’un partenariat énergéticien/EPAG ou chacune des parties se centre autour de ses missions :
-  L’EPAG en tant qu’Établissement Public Foncier (EPF) et Etablissement Public d’Aménagement (EPA) assure la maitrise foncière du bassin d’approvisionnement et aménage le secteur en vue d’une attribution de foncier agricole ;
-  L’énergéticien réalise les opérations de défriche des parcelles boisées (permettant une mise en valeur plus rapide des agriculteurs) et alimente sa centrale avec la biomasse prélevée sur les parcelles déboisées. Le plan d’approvisionnement de l’énergéticien a été validé par le Préfet en date du 23 juillet 2015, suite à l’avis de la Cellule Biomasse.

Le partenariat énergéticien/EPAG ainsi qu’un partenariat avec l’ensemble des autres acteurs de la filière agricole (Chambre d’Agriculture, DAAF, CTG, Mairies, France Domaine, ASP, organisation de producteurs, syndicats agricoles, etc.) vise à :
o l’aménagement rural de l’ensemble de la zone considérée ;
o la mise en valeur de terres agricoles et l’accès au foncier pour de nouveaux agriculteurs grâce à la valorisation en biomasse provenant de la défriche de ces terres ;
o la fourniture d’une partie des ressources en biomasse nécessaires à la production énergétique de l’énergéticien sur une période d’environ 25 ans.